L’union sacrée face aux devellopements du capitalismo-virus.

L’union sacrée face aux devellopements du capitalismo-virus.

Il semble, d’après les infos et décisions politiques de semi confinement imposé, qu’ils soient en “guerre” et qu’ils demandent l’union sacrée. La “guerre” contre un effet sanitaire provoqué par le capitalisme1, qu’ils défendent becs et ongles, un virus (COVID19 après le h1n1, le SRAS) suite à l’extension géographique, au développement constant de la marchandisation et du capitalisme en chine et ailleurs.

Leur Virus :

On en connaît apparemment le foyer d’origine, qui serait Wuhan en chine. L’origine du virus en serait probablement animale2 et la cause de la pandémie est humaine car la diffusant sur tout le globe. Le développement de la marchandisation entamé depuis des millénaires a amené le développement d’épidémies (guerres, esclavages, famines, génocides, etc) et à la réorganisation forcée des sociétés antérieures vers un développement du commerce faisant peu de cas de l’hygiène ni des sociétés existantes et de leurs besoins réels3. Les flux de marchandises et d’humains s’étant hyper développés/mondialisés depuis quelques siècles, le virus peut désormais se répandre plus facilement et plus rapidement qu’avant. Cela en dit beaucoup sur le monde dans lequel on vit. Si le monde était organisé selon les besoins et non selon la surproduction, on en serait pas là. On parle beaucoup de la maladie qui touche les pays riches, mais pas des maladies (malaria, tuberculose, …) ni de la misère et de la famine que subissent depuis longtemps les pays “pauvres”. Parlons de la maladie actuelle des pays “riches”, le coronavirus.


Leurs Mensonges :

Ceux qui nous disaient dans les médias, depuis quelques semaines/mois, qu’il n’y avait rien à craindre, qu’il n’y avait pas besoin de masques pour la population, que ce n’était qu’une grosse grippe et qu'”en France” c’est pas comme “en Italie”. Que “nous” “la France” (qui est ce donc ?), on a une meilleure organisation hospitalière4, et bien il semble qu’ils aient mentis. La montée des cas à un taux de 330 par millions d’habitants, leur “France” est actuellement 4ème au niveau mondial dans l’épidémie (après la Belgique, l’Italie et l’Espagne), on peut donc se poser la question de leur réelle objectivité. Est ce du mensonge, du déni ? Ils ont un peu avant le confinement changés de discours et ils nous disaient qu’il ne fallait plus sortir, et plus tard qu’il fallait finalement mettre des masques (voire de se les faire soi même), tentant de culpabiliser (notamment un certain préfet de police de paris) la population qui s’est permise de sortir dehors sans considérer les règles édictées (ce qui est certes de l’inconscience et un risque, mais il faut savoir si on doit les écouter nous dire que c’est juste une grippe un peu plus forte ou non – il semble que non au vu du résultat délétère de leurs discours antérieurs). Il faut aussi se rappeler qu’au même moment ils ont implorés qu’on aille voter pour les municipales (ce qui est certainement plus dangereux). On peut donc en conclure qu’ils énonçaient des règles pas à la hauteur de la problématique (voire ne prévoyant pas l’achat de masques, malgré les obligations légales de prévoyance, alors qu’ils savaient que cela était grave), que ça ne toucherait que les personnes fragiles ou âgées, mais il se trouve que c’est finalement faux. On sait par des études que la géographie réelle des personnes infectées n’est pas la géographie recensée et que le confinement, selon les valeurs de leur monde, aurait dû se faire bien avant, que les médecins notamment auraient dû être fournis en masques, et que la population devant aller travailler et se mouvoir dans les transports en commun aussi. Mais le système capitaliste doit fonctionner, l’arrêter est criminel pour leurs tenanciers, malgré le risque d’infecter tout le monde en faisant des petites économies qui vont finalement se payer cher en vie et en argent.
ayez confiance qu’ils disaient… On voit où ça mène.
Mais ce n’est pas fini, ils demandent la reprise du travail le 11 mai et que les enfants retournent à l’école (l’un permet l’autre), malgré que le problème ne soit pas réglé. Pourquoi demandent ils cela malgré le risque sanitaire ? il suffit d’écouter le gouvernement par la voix du ministre de l’économie “Le retour à l’activité est indispensable pour la nation française. Nous devons retourner au travail, nous devons reprendre notre activité et nous devons le faire tous ensemble“. En gros il faut aller travailler pour le bien du capitalisme français et international. Ce n’est pas la haute société qui va aller travailler car eux ils dirigent, pas de risques pour eux et leurs enfants, car eux pourront se permettre de ne pas amener leurs enfants à l’école, et le chômage partiel ils n’en ont pas besoin.

On peut se poser la question de comment ils préparent les autres risques pour d’autres problèmes comme par exemple une possible crise nucléaire futur ?! Dans le passé déjà on a eu, de par leurs mensonges, un nuage radioactif qui se serait arrêté apparemment aux frontières, le coronavirus aurait dû s’arrêter aux frontières également au vu de notre soit-disant “très bon” système de santé. Il semble finalement que non. Ne parlons pas à nouveau du problème d’Effondrement écologique qui a de possibles conséquences catastrophiques, certainement bien pire que la pandémie de coronavirus, alors préparons nous sans eux, soyons prêt à nous passer de leurs services.


Leur “Guerre” n’est pas la notre :

Pour eux c’est la “guerre”5. La guerre est peut-être leur objectif ? Oui, ils sont en “guerre”, contre les effets qu’ils créent par leurs décisions de maintenir un système de pillage généralisé globalisé, actuellement nommé capitalisme, de la guerre commerciale et financière, de la guerre d’influences nationales, de la guerre antisociale, contre toute possibilité de vivre dignement, sereinement, librement et solidairement.
En fait, ils sont en “guerre” contre les vivants, contre les humains qui ne veulent pas respecter leur système de pillage, tout ceci pour préserver leur système capitaliste.
Devons nous être solidaire dans leur “guerre” ? Non. Cela veut-il dire ne pas suivre des règles de base qu’impose une telle situation sanitaire ? Non, il y a des évidences et un bon sens évident, on ne peut être solidaires avec ceux-là qui créent le problème et personne n’a envi de subir les problèmes sanitaires que leur système a créé.

On peut malgré tout remarquer du positif dans tout cela, que, d’une part, on peut voir que de nombreux métiers à l’arrêt n’empêche aucunement la réponse aux besoins essentiels (nourriture à part ceux qui n’ont pas assez d’argent, logement à part pour les sans abris, santé si ce n’est ceux médicaux actuellement). On peut en déduire que l’on pourrait effectivement travailler moins et partager le travail pour des choses essentielles6, ce qui ferait peu d’heures de travail par jour pour chacun. Ce qui serait bien plus agréable à vivre que la vie de travailleurs salariés ou chômeurs qu’ils nous proposent. D’autre part, on peut remarquer qu’ils nous imposent leurs logiques, mais si on posait une logique communiste anarchiste (lire *), jamais ce genre de maladie ne se développerait, car les besoins essentiels seraient produits localement, le réseau de partage se ferait selon le principe de la prise au tas et de réseaux fédéraux de production. Et en cas d’épidémie, la responsabilité de chacun serait posée de fait et la précaution irait de soi de par une autodiscipline acquise.

Il n’empêche qu’il faut s’auto-organiser pour se débarrasser de ce système toxique. Le travail direct ou le télétravail peut participer à cette possibilité de blocage économique à la seule condition que les (télé)travailleurs le veuillent collectivement par des actions directes et/ou fédérées de résistance à ce système. Le seul moyen qui se propose historiquement est la résistance ouvrière anarchique fédérée et internationaliste, par des blocages avec objectifs à courts et moyens termes, et objectif à long terme comme le communisme anarchiste (énoncé plus haut).

En France, ils veulent que les entreprises reprennent leurs activités alors que rien n’est fini concernant la pandémie (leur OMS se tait) qui risque de revenir… Alors résistons !
Les réseaux “sociaux” ont créé un mouvement d’applaudissements à 8 H en soutien aux services médicaux. Mais pourquoi pas pour ceux qui doivent travailler dans les transports, dans les magasins de première nécessité, etc, qui sont eux aussi exposés à de possibles contaminations !? Il pourrait aussi y avoir un mouvement plus concret exigeant des masques pas seulement pour les services hospitaliers/médicaux, mais pour toute personne travaillant dans un lieu public et pour la population dans son ensemble qui devra aller travailler dès le 11 mai, ou sinon de bloquer le (télé)travail tant que cela n’est pas acté. De plus les enfants n’ont pas à rentrer en cours dans ces conditions incertaines, c’est les mettre en avant de possibles contaminations et créer possiblement une seconde vague. Cette résistance pourrait être un début. Ceci est une invitation à la résistance des (non) salariés non confinés ou confinés et ça pourrait amener à des idées de pratiques plus offensives, radicales solidaire et autogestionnaires pour la suite. Donc, à vos réseaux ! Un peu partout dans le monde des voix se lèvent contre ce système, aidons ces voix à se faire entendre.


Leur Autoritarisme :

Évidemment, comme à leur habitude, ils nous trouvent des solutions autoritaires lors de difficultés pour leur système, c’est à dire le couvre feu, l’isolement, le confinement, la militarisation, la répression, l’enfermement, l’arbitraire médical selon une éthique douteuse (notamment dans les EHPAD) à défaut d’avoir des pratiques de prévention… De fait des pratiques de périodes de guerre, de dictatures… Ce système doit restreindre tout le monde pour survivre, il se rigidifie pour mieux repartir après, et on sait d’avance qui va payer les abus continuels de ce système de pillage. Ils font des crédits à la BCE, qui va rembourser ? L’abolition des dettes devrait être un minimum, mais ils en sont incapable, tenus par des banquiers et financiers, ils préfèrent nous mener à la misère, à la guerre.
Ceci étant dit, la problématique est le choix politique des gouvernants imposant des pratiques de dictature face à ce problème créé par leur système. Bien que cela était déjà fort présent jusqu’ici, par imposition régulières de lois ultra-libérales, sous couverture “démocratique” (ce qui est toujours le cas), il y a un fait qui est que les populations n’ont aucun pouvoir légaux (malgré des tentatives de plaintes qui n’aboutiront certainement pas du fait que ça touche aux gouvernants, il y aura peut-être un ou deux pions qui se feront éjecter), celui-ci est donné au gouvernement (suite à des élections par défaut anti-démocratiques7) et à ses subalternes armés, polices et justices, médias. Et dernièrement un peu plus aux experts médicaux, pour la bonne parole scientifique, qui semblent parfois savoir de quoi ils parlent, mais pas toujours (OMS, conseil scientifique du gouvernement etc).
Qui paye cette crise ? il ne faut pas croire que c’est l’État. Non. Car l’argent que les gouvernants prennent dans les caisses de l’État (& BCE) actuellement, c’est les populations qui devront les renflouer ou qui vont perdre (il n’est qu’à voir déjà les congés et RTT imposés par les patrons durant le confinement, et les déclaration patronales pour la reprise…) une partie des acquis qui sont payés par les caisses de l’État et qui ne pourront plus l’être du fait de déficits qui seront justifiés aposteriori. Tout comme le télétravail, c’est une chose qui risque de se généraliser du fait de l’expérience actuelle (permettant l’économie des locaux des employeurs au détriment de ceux des télétravailleurs/euses). Il semble en tout cas que c’est la population qui va devoir payer quand ce sera fini. Certains.e.s en payent déjà de leur vie, de leur santé, de leurs relations, de leur travail.


Notre Conclusion :

A quoi tout cela nous prépare-t-il ? à des lendemains de fête ou de défaite ?
L’autoritarisme est là depuis un bon moment, mais il se renforce d’années en années. Le capitalisme étant en difficultés, les tensions inter-nationales vont exploser car chacun va vouloir récupérer le peu qu’il lui reste, la guerre commerciale initié depuis belle lurette va s’intensifier avec moins d’accords inter-nationaux.
On voit poindre le bout du nez des nationalistes d’un côté se targuant d’avoir appelé, selon leur litanie habituelle qu’il pleuve ou qu’il vente, à la fermeture des frontières dès janvier et une ancienne ministre indiquant avoir énoncé à cette même période au sein du gouvernement la gravité de la situation mais sans pour autant prévoir d’acheter des masques ni de prendre des précautions. Les élections 2022 seront tranchantes, car beaucoup (d’un bord ou d’un autre) croient encore à cette élitocratie participative, ne voyant pas qu’elles vont toutes servir le capitalisme selon ses besoins de profit. Le capitalisme continuera à se renforcer tant qu’on ne lui stoppera pas son élan. Que ce soit le capitalisme nationaliste ou ultra-libéral ou autre, ceux là s’arrangeront tant que le pouvoir restera entre leurs mains. Il se trouve que les représentants de ce système ont créés et perpétuent l’organisation des moyens de notre propre anéantissement en tant qu’espèce, tout comme l’anéantissement d’autres espèces. Il y a évidemment les multiples sectes de sauveurs qui font croire qu’eux au pouvoir, ça ira mieux. Le problème c’est que c’est justement cette logique de sauveurs contre le mal qui serait extérieur à eux, qui a habitué trop de monde à être spectateurs de ce spectacle de marionnettes et qui nous mène droit au mur, en nous enlevant notre dignité d’être humain, notre autonomie, en nous enlevant le pouvoir de définir avec les autres êtres humains les conditions de nos propres existences, sans que la compétition soit l’alpha et l’oméga. La propriété est sacré et pourtant c’est du vol. Le vol de la planète et de nos vies entières passées dans les lieux de travail, salarié ou autre. Ils privatisent les richesses et vont socialiser les pertes, ceux qui ont les richesses ne donneront rien malgré qu’ils aient amassés depuis des années, ou se joueront dans la charité pour que rien ne bouge…

Préparons notre avenir…

A la suite des divers programmes proposés par les anarchistes et plus particulièrement le programme anarchiste de Malatesta, on sait ce qu’on veut :

1) Abolition de la propriété privée : de la terre, des matières premières et des instruments de travail
2) Abolition du gouvernement et de tout pouvoir qui fasse la loi pour l’imposer aux autres : donc abolition des monarchies, républiques, parlements, armées, polices, magistratures et de toute institution ayant des moyens coercitifs.
3) Organisation de la vie sociale au moyen des associations libres, et des fédérations de producteurs et consommateurs.
4) Garantie des moyens de vie, de développement, de bien-être aux enfants et à tous ceux qui sont incapables de pourvoir à leur existence.
5) Guerre aux religions, et à tous les mensonges, même s’ils se cachent sous le manteau de la science
6) Guerre au patriotisme. Abolition des frontières, fraternité entre tous les peuples.
7) Reconstruction de la famille, de telle manière qu’elle résulte de la pratique de l’amour, libre de toute chaîne légale, de toute oppression économique ou physique, de tout préjugé religieux.

Il faut s’organiser et se préparer à la lutte pour l’Abolition du capitalisme (et plus profondément ce système de pillage et d’exploitation généralisé) qui créé ce problème mais pas seulement celui-ci, il y a toutes ces maladies qui perdurent depuis longtemps et qui pourraient être éradiquées, en annihilant la pauvreté notamment, avec un peu de temps et au départ en expropriant leur argent virtuel. Mais pour eux l’argent ça doit être rentable et les pauvres ne sont pas rentables. Il y a aussi la faim dans le monde, et le capitalisme n’a aucun intérêt à régler un problème inhérent à des contextes non rentables.
Donc c’est un problème qui ne peut être résolu avec ce système centraliste et propriétariste, cela nécessite de passer à un autre paradigme à échelle humaine. L’instauration du communisme libertaire en est un valable, les travailleurs Associés recensent les besoins communs et autogérent la mise en production nécessaire, ceci au niveau local et international. Donc n’abolissons pas seulement ce système capitaliste de pillage, mais aussi l’État avec son  centralisme et la démocratie représentative qui prend les populations sous son joug pour des idiots et luttons pour la liberté pour une démocratie directe anarchiste et fédéraliste.

 

NOTES :

1/ les systèmes d’exploitation en général: https://www.youtube.com/watch?v=UxvR95pegZ8
2/ peut-être la chauve souris qui en est porteuse et dont le virus se serait étendu -> Lire : https://www.partage-le.com/2020/03/18/nous-avons-nous-memes-dechaine-cette-pandemie-de-coronavirus-par-david-quammen/ – aux autres animaux ou légumes proches vendus et consommés…
3/ Lire : https://www.partage-le.com/2020/03/18/notre-destruction-de-la-nature-est-elle-responsable-de-la-pandemie-de-covid-19-par-john-vidal/
4/ c’est oublier la casse en 10 ans des services hospitaliers par les divers gouvernements qui se sont succédé et celui actuel, puis des masques non renouvelés ces dernières années, alors que l’État a obligation d’en avoir en réserve pour ses agents
5/ Lire Macron et sa guerre
6/ Lire “éloge de l’oisivité” de bertrand russel ou “Travailler deux heures par jour” de Adret
7/ Les elections 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.