Pass sanitaire et soumission

Pass sanitaire et soumission

Le vaste débat qui anime l’espace publique sur le pass sanitaire prend une fois de plus une tournure de moraliste aux arguments plats et de mauvais bons sens. Sous prétexte de lutter contre le covid-19, une société de contrôle de forme inconnue se met en place.

Via les nouvelles technologies développées ces 20 dernières années, le capitalisme use et abuse de ces nouveautés pour renforcer sa surveillance. Lâchant du leste sur les formes « classiques » de surveillances physiques, il multiplie la gestion des « esprits » par le virtuel, Il lui est moins coûteux d’utiliser le progrès que d’utiliser la force directe. « Fait le Bien toi-même, fais faire le Mal par les autres » écrivait Mazarin dans son bréviaire des politiciens, étrange écho au moulage des cerveaux par la propagande et l’influence à travers le virtuel. En effet, par ce procédé l’identification des responsables devient floue, et les humains en général pris dans l’engrenage de l’instant présent cherchent rarement les commanditaires ou du moins ne ressentent pas directement leur responsabilité.

Ce n’est pas jeter la pierre sur la Technologie, mais bien comprendre que la technologie dépend ce qu’une société en fait. La société capitaliste actuelle, à la fois basée sur le Spectacle et la Marchandisation, oriente, favorise une utilisation à la fois de bourrage de crâne et à la fois dans un rapport économique basé sur la propriété privée. Ce faisant tout semble devenir objet à vendre, humains inclus.

Quel est donc le lien avec le Pass sanitaire ? Dans la nouvelle version du social-darwinisme adopté par le Capital, ce dernier étant soft puisqu’au service du spectacle-marchand, le pass sanitaire est un outil pour faire comprendre aux populations que la soumission aux ordres est la solution. L’enrégimentation sous un objectif fixé par les Autorités est les seul rassemblement collectif autorisé.

Le pass sanitaire permettra non seulement de contrôler les allées et venues, mais permettra avec l’aide des géants d’internet,de forger des statistiques sur les comportements humains afin de mieux dominer les masses, Officiellement libre, officieusement un simple numéro : voilà la porte qu’ouvre les mesures de types pass sanitaire. Un amas d’individus se croyant unique mais moulés pour n’être qu’un ensemble de critères arbitraires facilement prévisible. L’unicité des personnes réduites à des variables et des probabilités.

La fourberie est bien là, les défenseurs du « pass » oublient une chose essentielle et évidente : nous n’avons jamais eu besoin de pass sanitaire le tout sur portable ( ou pas) contre le tétanos ou la polio.

Et pendant qu’on nous bourre le crâne avec ce pass, on en oublie qu’une maladie comme la polio pourrait être éradiqué en Afrique et en Asie si le Capital n’était pas un prédateur funeste.

Le champ des possibles qui anime l’Histoire semble dessiner un avenir des plus néfaste. Seul un réveil révolutionnaire pourra stopper la marche des chemins criminels qu’on nous prépare.

T.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.